Nous avons quitté définitivement Montréal le 3 juillet pour un long voyage en voiture vers la Baie James. L'hiver, ces endroits ne sont accessibles qu'en avion. DSC02402.jpg

Nous sommes malgré tout obligés de nous déclarer avant de traverser cette immensité, sécurité oblige. Mais nous avons surtout été attaqués par les moustiques et les mouches à chevreuil. DSC02410.jpg DSC02456.jpg

Photo dédiée à Vincent, qui saura pourquoi : DSC02422.jpg

Avant d'arriver chez les indiens, quelques rencontres.... DSC02424.jpg

Nous sommes sur le bon chemin, comme l'indique ce Inukshuk : repère formé par un empilement de pierres (signe que laissaient les indiens pour indiquer la bonne direction). Petite marche vers les chutes de la rivière Rupert. DSC02453.jpg DSC02452.jpg DSC02454.jpg

La rivière Rupert : DSC02443.jpg DSC02449.jpg

Dernier arrêt avant de quitter la route et d'emprunter un chemin de cailloux et poussière de 102km... et ne savons pas si nous serons les bienvenus ! DSC02458.jpg

Enfin la superbe et majestueuse Baie James : DSC02488.jpg DSC02533.jpg

et le village de Waskaganish : DSC02466.jpg DSC02465.jpg

Fête au village, qui célèbre les 20ans de son seul et unique restaurant : DSC02512.jpg

Le peuple Cri : la population de Waskaganish s'élève à environ 2 000 habitants, dont presque tous sont Cris, qui ne parlent qu'anglais et leur dialecte. Depuis 2001, le village est accessible par route, l'été seulement. Le village est un des neuf villages du Grand Conseil des Cris (Eeyou Istchee). Le décor est enchanteur et les gens passionnants, même si l'accueil est un peu curieux, puisqu'à la fin de chaque phrase, ils crachent à nos pieds, une simple habitude... Les explorateurs européens nommèrent, à tort, ce peuple les Indiens, puisqu'ils possédaient déjà leurs propres noms : Cris. Les modes de vie et les coutumes variés des premiers habitants du Canada (chasse et cueillette), sont bien oubliés aujourd'hui, et remplacés par des hamburgers! Mais les nations autochtones ont le taux de croissance le + élevé de la population canadienne (4,3%), et on estime actuellement que le Canada compte 1,2 million d'Autochtones. DSC02513.jpg DSC02552.jpg DSC02558.jpg DSC02560.jpg DSC02575.jpg DSC02577.jpg DSC02589.jpg

Même s'ils sont bénéficiaires d'énormes subventions de l'Etat, certains pêchent quant même. Ici, pêche de dorés : DSC02518.jpg

La dernière coutume : remontée de la rivière Rupert pendant 30 jours à la manière de leurs ancêtres. Une fois par an, les jeunes âgés entre 16 et 20 ans font ce "voyage initiatique", de manière ancestrale. Ils partent avec un peu de farine, une hâche...et c'est tout...Nous avons eu la chance d'assister au cérémonial du départ : prière, levée de drapeau, et d'aller leur serrer la main avec tout le village pour leur souhaiter bonne chance, le tout sans embrassades ni accolades, et dans un silence de respect. Ils ont dû se demander ce qu'on faisait là! DSC02598.jpg DSC02610.jpg DSC02618.jpg DSC02620.jpg DSC02634.jpg

Après cette expérience inoubliable, petite révision avant de reprendre le chemin inverse! DSC02669.jpg

Bien armés : DSC02683.jpg

Arrêt à Val d'Or, comme son nom l'indique, cité des mines d'or DSC02696.jpg

Quelques trouvailles de pépites : DSC02700.jpg

Et la dernière poutine : DSC02708.jpg